Tag - vidéo

Rafah : Très fortes tensions à la frontière Egyptienne (le film)

Alors que de nombreux médecins internationaux (Indonésiens, Marocains, Français, Egyptiens..) attendent de pouvoir entrer à Gaza, la tension monte quotidiennement entre les Gazaoui qui veulent rentrer chez eux et le refus des gardes frontières Egyptiens.

Lire la suite...

Rafah-Egypte-Gaza : le film de la journée

Témoignage en direct de la guerre à Gaza au journal télévisé sur France 2

Près de 3 semaines après le début des combats à Gaza, l'équipe de Help Doctors, via son président, le Dr Régis Garrigue, témoigne en direct au JT de 20h du 14/01/09, de l'horreur qui s'y passe: "ce que l'on voit est inacceptable".

Aucun conflit ne peut justifier que les civils -et particulièrement les enfants et les femmes- en soient les premières victimes. Pour ce médecin, "les armes doivent se taire. Il est urgent que les combats s'arrêtent et que la diplomatie prenne le pas".

On ne peut tolérer non plus que le Droit International Humanitaire soit ainsi bafoué avec des soignants qui travaillent en mettant en jeu leur propre sécurité.

Lire la suite...

Naplouse - Dispensaire : plus de 20% d'augmentation des consultations

Actuellement en mission à Naplouse, l'équipe Help Doctors travaille à la mise en place des activités de soins pour l'année 2009.

Inondations : des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes

reutersfloods.jpg Que ce soit en chine, en Inde, au Bangladesh ou en Haiti, les inondations sont en ce moment la catastrophe naturelle la plus fréquente. Le plus souvent avec peu de victimes, mais des dizaines de milliers, voire des millions de déplacés.

Ces catastrophes ne font qu'aggraver la pauvreté et la misère chronique de certains pays. Même dans l'urgence, il faut aussi penser aux projets de développement et mettre en place une vraie politique d'aide à long terme.

Lire la suite...

Myanmar-Birmanie : Une semaine après le Cyclone Nargis, interdiction d'entrée pour les ONG Internationales

jdsbirmanie.jpg

Help Doctors n'est pas autorisé à entrer en Birmanie. En l'absence de financement immédiatement disponible pour cette urgence, nous avons décidé de ne pas nous prépositionner aux frontières avec la Birmanie (Thaïlande). Celà nécessite des budgets trop important dont nous ne disposons pas.

Nos équipes médicales sont en alerte et disponibles.

Nous travaillons actuellement pour envisager une action "santé et alimentation", dès que cela sera possible depuis le sud du Bangladesh, avec notre partenaire "Friendship".

Hier, nous avons pris position sur l'interdiction d'entrée imposée par la junte birmane aux ONG, lors du Journal de la Santé sur France 5.

Lire la suite...