Les premières consultations médicales à Bristout/Bobin réalisées par des médecins de H.D. datent de Février. Depuis, le dispensaire s'est élaboré et l'activité de soins n'a jamais baissé d'intensité. Aujourd'hui encore c'est une moyenne de 50 consultations qui sont réalisées chaque jour.

Trois jeunes médecins, un secrétaire et une infirmière, tous haïtiens, ont été recrutés dès le début. Avec l'aide de professionnels expatriés, ils ont structuré le fonctionnement du dispensaire et se le sont appropriés. Depuis la fin de l'été, l'équipe locale applique un mode de fonctionnement pratiquement autonome.

josue1.jpg Cette démarche, voulue par H.D. et clairement présentée aux différents partenaires depuis l'origine du projet arrive bientôt à sa dernière étape. Il s'agit de pérenniser l'offre de soins gratuits à la population tout en continuant d'assurer les salaires de l'équipe locale après transmission de l'activité à des acteurs strictement haïtiens.

La FHED (Foundation for Humanitarian Education and Development), organisation proche de la diaspora haïtienne aux Etats Unis, forte de son expérience en Haïti, s'est montrée intéressée par la "reprise" du dispensaire dans le respect des termes énoncés. Une convention élaborée en commun a donc été signée entre les deux organisations afin de programmer le transfert d'activité qui devra prendre effet à la fin de l'année.

H.D. laisse à disposition local, mobilier et matériel médical, la FHED s'engage à poursuivre l'activité reprenant à son compte supervision, gestion et encadrement médical dans le respect du cadre initialement mis en place. Un partenariat médical en cas d'urgence sanitaire dans les Caraïbes a également été établi à l'occasion de ce protocole d'accord.



Femmes_et_enfts.aout10.jpg

L'action de H.D. en Haïti s'achèvera donc fin 2010. La mission d'urgence suivie d'un programme de post urgence destiné aux populations les plus affectées par le séisme aura permis de réaliser plusieurs milliers de consultations. Les principaux bénéficiaires auront été les femmes et les enfants du quartier "informel" de Bristout/Bobin. Soucieux d'un modèle d'aide humanitaire plus "équitable", H.D. se félicite de savoir l'avenir du dispensaire remis entre les mains d'acteurs haïtiens et encourage la FHED dans la poursuite de son soutien aux plus défavorisés.