Ce 19 août a été déclaré par l’ONU Journée internationale de l’action humanitaire. C’est une première pour rendre hommage aux dizaines de milliers de travailleurs humanitaires dans le monde. Des humanitaires devenus, aussi, des cibles du terrorisme… Le reportage Mireille Lemaresquier. (1'58")

Enlèvements, attaques, attentats,… qu’ils travaillent pour l’ONU ou pour des ONG, les travailleurs humanitaires sont de plus en plus exposés sur les terrains, souvent dangereux, où ils interviennent.

Ainsi, depuis 3 ans, les attaques qui les ont visés ont augmenté de 6O%. En 12 ans, 750 d’entre eux ont été tués, dont 122 rien que l’an dernier.

Au total, les pays les plus dangereux, le Soudan, le Tchad, l’Afghanistan, le Pakistan et surtout la Somalie, posent "quotidiennement la question de rester ou non", reconnaît le directeur général d’ACF, François Danel. Un véritable problème de conscience, car souligne la secrétaire générale de MSF international, Kris Torgeson, au total, "ce sont ceux qui ont le plus besoin d’aide qui vont souffrir" des conséquences.

Aujourd’hui, les Nations Unies consacrent une journée à ces milliers de travailleurs humanitaires dans le monde. Journée d’hommage mais aussi journée de deuil pour l’Onu qui, le 19 août 2003, perdaient 22 de ses membres à Bagdad dans un attentat, dont le représentant spécial de Nations unies en Irak, Sergio Vieira de Mello.