L’équipe des sauveteurs constituée de dix paramédics en cours de formation vient d’être avertie de la découverte d’une douzaine de victimes dans les décombres d’une maison prétendument soufflée par une explosion de gaz dans un vieux quartier de Gaibandha. C’est en rickshaw, le moyen de transport le plus rapidement disponible que toute l’équipe se rend sur les lieux.

Des cris, des appels à l’aide les accueillent dès que l’enceinte de la maison est franchie. Les corps sont éparpillés entre les pièces du rez-de-chaussée et le jardin, certains sont d’accès difficile sous des décombres.

Une partie des sauveteurs effectue une reconnaissance et se charge du relevage des victimes pendant que l’autre improvise un Poste Médical Avancé dans des dépendances proches.

La débrouillardise est vite nécessaire, les brancards sont faits de deux bambous et d’une couverture, les tables d’examen, de bureaux mis bout à bout.

Forma°cata.1Avril09

Malgré la chaleur, les acteurs déploient une grande énergie, qu’il s’agisse des victimes jouant leur rôle avec conviction ou des soignants, dans la mise en place de la chaîne des soins. L’organisation des secours est appliquée selon les règles enseignées, les gestes se cherchent encore parfois.

Au bout du compte, en moins de deux heures, douze blessés dont cinq graves auront été conditionnés et leur évacuation programmée sur les centres hospitaliers les plus adaptés. Les participants eux mêmes n'en reviennent pas d'avoir fait si vite!

Une réunion de « debriefing » permet de revenir sur cette expérience formatrice et d’établir les bases de nouvelles tactiques organisationnelles.

Aux dires des paramédics, le succés de cette formation engage à réaliser son extension à toutes les catégories d’acteurs de santé du Bangladesh, médecins compris.