Cette semaine passée en Égypte nous a permis de rencontrer les nombreuses familles palestiniennes qui attendent de rentrer chez elles. Nous avons recueilli leur témoignage sur la vie quotidienne à Gaza lors des premiers jours de guerre et nous allons les publier.

Nous avons également pu rencontrer de nombreuses ONG médicales internationales (Égyptiennes, Marocaines, Indonésiennes..) qui souhaitent toutes entrer à Gaza pour y apporter une aide humanitaire.

L'exemple des médecins Indonésiens est caractéristique de l'entrave de l'aide humanitaire en direction de la population de Gaza. Le seul point d'accès possible aujourd'hui à Gaza est celui de Erez en Israël. Pour y accéder, il faut l'accord de l'armée et des services de renseignements israéliens. L'Indonésie n'ayant pas d'accord diplomatique avec Israël, ces médecins ne peuvent pas entrer à Gaza via Israël. L'Égypte est donc le seul pays frontalier qu'ils peuvent franchir pour accéder à Gaza.

Toutes les récentes demandes d'autorisation d'entrée à Gaza via Israël que Help Doctors sollicite depuis un mois ont été refusées. Nous continuons cependant à insister pour avoir un libre accès aux populations de Gaza.

Une prochaine mission est déjà en préparation et nos partenaires palestiniens construisent chaque jour un peu plus le projet du dispensaire de Rafah pour les patients chroniques (diabétiques, cardiaques...).

Il reste aujourd'hui totalement impossible de venir en aide à la population Gazaoui sans l'accord des autorités Israéliennes, qui choisissent arbitrairement pour les palestiniens de Gaza l'aide humanitaire dont ils pourront bénéficier.