C’est avec un bassin anatomique et un poupon munis de son placenta que le training des accouchements peut débuter… les élèves se bousculent pour manipuler, les discussions s’animent et les premiers gestes sont remis en questions. Certains d’entre eux ont une expérience d’accouchement inopiné, peu maitrisée.

« Who’s turn is it to make a breech delivery (accouchement par siège)? »

Des regards étonnés. « cesarean; refer to hospital » lance Mazéda. A moi de les persuader que la situation peut se produire. L’écoute sera particulièrement attentive des gestes essentiels face à un accouchement du siège.

La délivrance du placenta fera l’objet de toutes les attentions car ils savent que l’hémorragie du post partum est, en grande majorité, responsable de la morbidité maternelle.

Quand clamper le cordon ? Juste après la naissance ou attendre la délivrance du placenta ?

Les débats sont parfois animés, la discussion nécessaire pour faire passer les idées et améliorer la pratique.

Deux bébés c’est bien, un bébé c’est mieux...

Shuma, une jeune sage-femme d’une trentaine d’année, rencontrée dans le « delivery center » de Gaibandha nous fait part de son inquiétude ; depuis 20 ans des campagnes de vaccination permettent de sauver des enfants mais la population ne cesse d’augmenter et il est prévu qu’elle passe de 160 millions d’habitants à 270 millions d’ici une vingtaine d’année pour la moitié de la superficie de la France … Forte heureusement, le gouvernement a bien réagi en mettant en place une campagne de planning familial et de gratuité de la contraception.