Abdul Sattar EDHI a fondé un vaste réseau national d'entraide. Né en 1928 à Bantwa, Gujarat, en Inde, l'histoire raconte qu'il aurait passé 11 ans de sa vie au chevet de sa mère paralysée et atteinte d'une maladie mentale.

C'est peu de temps après son arrivée au Pakistan après la partition de 1947 qu'il a mis sur pied un premier dispensaire entièrement gratuit destiné à la population la plus pauvre de Karachi. Sa première ambulance "the poor man's van" lui permit de se faire connaître.

Il transportait les malades gratuitement et se chargeait des funérailles des "sans famille". Les donations commencèrent à affluer lui permettant d'élargir ses capacités d'action. C'est en 1973, à l'occasion de l'effondrement d'un immeuble dans Karachi, que la rapidité d'intervention de ses ambulances lui apportèrent une reconnaissance nationale. L'afflux de donations permit alors un développement considérable.

Aujourd'hui, la Fondation EDHI propose au Pakistan l'éventail des services suivants:

  • Quinze foyers d'accueil pour enfants abandonnés ou handicapés abritant plus de 6500 enfants.
  • Huit hôpitaux, un hôtel pour patients cancéreux, deux banques du sang et 23 dispensaires gratuits.
  • La première flotte d'ambulances, et de véhicules de secours, au total presque 750 véhicules ainsi qu'un hélicoptère et deux avions destinés au transport sanitaire.
  • Trois cents centres d'entraide répartis dans tout le pays qui prennent en charge les funérailles des corps non réclamés soit près de 5000 par an.
  • Un département d'aide juridique et de soutien aux prisonniers et réfugiés.
  • Des refuges pour animaux blessés ou malades secourus par des ambulances "vétérinaires".

La Fondation est totalement indépendante des aides de l'Etat, ne vit que de donations et repose sur le travail de 3500 salariés et de centaines de volontaires à travers tout le pays. Pour certains, Edhi est pour le Pakistan ce que Mère Téresa fut pour les pauvres de Calcutta.