Une vague de 3 m de haut a déferlé sur la ville de Padang, à Sumatra, vingt minutes après le premier séisme, faisant sept morts et plus de 100 blessés, selon le ministère de la santé indonésien. Les habitants de la région fuyaient les côtes, précise l'agence Associated Press.

L'US Geological Survey (USGS) estime que le premier tremblement de terre s'est produit vers 18 h 10 (13 h 10, heure de Paris). Il se serait produit à 15,6 km sous terre, dans la région de Sumatra, à 625 km de la capitale, Djakarta, et à 700 km au sud de Singapour. Le séisme a secoué des immeubles à Djakarta. Des secousses ont été ressenties dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, notamment à Singapour et en Thaïlande. L'USGS a d'abord fait état d'un séisme d'une magnitude de 8 sur l'échelle ouverte de Richter, puis peu après d'une secousse de 7,9 un peu plus loin. On ignore encore s'il s'agit d'un ou de deux séismes.

ALERTES EN INDE, AU SRI LANKA ET AUX MALDIVES

Le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique a indiqué que "les tremblements de terre de cette magnitude peuvent provoquer des tsunamis qui sont susceptibles de menacer toutes les côtes de l'océan Indien". Les autorités indonésiennes ont alors émis un avis d'alerte au tsunami pour la province de Bengkulu, située dans le sud-ouest de la grande île de Sumatra, selon les météorologues. Le Pacific Tsunami Warning Centre, dont le siège est à Hawaï, a précisé que l'alerte concernait aussi l'Inde, le Sri Lanka et les Maldives. L'Inde a émis une telle alerte pour les îles Andamans et Nicobar, les autorités de Malaisie pour le nord du pays. Le Sri Lanka a fait de même pour son territoire.

Une alerte au tsunami a été déclenchée à 16 h 45 (heure de Paris) à la Réunion. Le Kenya a fait de même.

Le 23 décembre 2004, un séisme de magnitude 8,1 avait été enregistré au nord de l'île Macquarie (Australie). Un autre avait eu lieu le 26 décembre en Indonésie, atteignant une magnitude de 9, suivi d'une série de tremblements de terre tous de magnitude supérieure à 5, provoquant un tsunami qui avait fait environ 168 000 morts dans le nord de l'île de Sumatra

LEMONDE.FR avec AP et Reuters