Depuis 2000, la campagne menée par le gouvernement chinois pour déplacer les bergers tibétains vers des zones urbaines a mis en danger les modes de vie traditionnels et les moyens de subsistance de dizaines, sinon de centaines, de milliers de personnes qui ont été relocalisées dans l’ouest de la Chine. De nombreux bergers ont été contraints d’abattre leur bétail et de déménager dans des colonies de logements nouvellement construits, sans avoir été consultés ni indemnisés.



Le rapport de 79 pages, « No One Has the Liberty to Refuse: Tibetan Herders Forcibly Relocated in Gansu, Qinghai, Sichuan and the Tibet Autonomous Region » (« Personne n’a la liberté de refuser : Les bergers tibétains sont déplacés par la force au Gansu, Qinghai, Sichuan et dans la Région autonome du Tibet »), décrit en détail la façon dont la politique gouvernementale de réinstallation forcée a violé les droits économiques et sociaux des bergers tibétains. Il s’appuie sur des entretiens menés de juillet 2004 à décembre 2006, avec environ 150 Tibétains provenant des zones directement touchées.

Lire le rapport